âmes jumelles

Histoires vraies d’âmes jumelles ou flammes jumelles

Certaines personnes vivant de lien d’âmes, ont accepté de partager avec vous leurs histoires d’âmes jumelles ou flammes jumelles (peu importe le terme).

Vous trouverez donc, ci-dessous, plusieurs histoires vraies d’âmes jumelles.

Je n’ai rien modifié de leurs écrits. Ce sont leurs histoires.

Histoire d’âme jumelle d’Audrey

J’ai rencontré ma flamme jumelle, une fois, lors d’un voyage en famille avec mon compagnon et ma petite fille.

Nous étions partis en vacances à l’étranger et j’en avais choisi la destination malgré les recommandations de mon mari qui avait peur que j’ai froid. Étant un peu frileuse, nous ne partions que vers des destinations avec des températures au moins de 30°.

Mais là, une petite voix me disait : « il faut aller là-bas !!! ». Maintenant je sais pourquoi nous devions aller là-bas.

Au cours d’un déjeuner avec des amis, IL était aussi invité.

Nous étions arrivés lorsqu’il est passé en voiture sur la route derrière moi. Je ne sais pas pourquoi je me suis retournée à ce moment précis sans savoir qu’il allait nous rejoindre puisque je ne le connaissais pas … et là le temps s’est arrêté et j’avais l’impression que tout allait au ralenti.

Puis, il nous a rejoint et j’ai réalisé que c’est lui que je venais de voir en voiture mais je n’ai eu aucune attirance physique pour lui.

Je n’étais d’ailleurs focalisée que sur sa voix. 

Tout de suite, nous avons senti tous les deux une connexion entre nous et il ne m’a pas « lâché » malgré la présence de mon compagnon et ma petite fille. 

Il y a eu d’ailleurs un “malaise” palpable à table parce qu’il était très centré sur moi et j’en étais gênée mais en même temps troublée.

Il ne s’est adressé qu’à moi, il m’a parlé, m’a posé beaucoup de questions, et je me souviens que malgré ma timidité, j’ai levé la tête de mon assiette, enlevé mes lunettes et je l’ai regardé. 

Je me suis dite : « Mais que me veut-il ? »

La première question qu’il m’a posée dès qu’il m’a vu : « De quelle origine es-tu ? ». 

C’est une phrase qui me suit depuis petite donc ça m’a directement interpellé.

J’aurai dû lui dire ” extraterrestre, comme toi !!! » car quand il me parlait j’avais la sensation d’avoir rencontré mon ange gardien.

C’est bizarre à expliquer mais j’avais l’impression qu’il me comprenait.

Il me posait des tas de questions, il s’intéressait à moi … alors que j’étais normale pas du tout “sexy” ce jour-là. J’étais MOI, ordinaire, pas dans le paraitre ou dans la séduction … et il me parlait à moi, juste à moi.

Il y avait d’autres hommes à table et je me suis déjà retrouvée dans des déjeuners avec des hommes et généralement dans 99% une femme accompagnée de son mari et de sa fille, n’intéresse personne.

C’est pourquoi sa réaction à mon égard m’a troublé. 

Généralement à ces repas, je ne participe pas beaucoup à la conversation surtout s’il n’y a que des hommes, ils discutent entre eux et ne me portent pas trop d’intérêt … mais lui, si c’était comme s’il me disait « moi, je te vois, ne fais pas attention à eux, tu es intéressante, je t’écoute, parle-moi ».

Cela faisait bien longtemps que je n’avais pas eu une conversation avec un homme sincère, qui me pose des questions,  s’inquiète de moi, de ce que j’aime.

Il m’a demandé si j’appréciais la ville, quel quartier me plaisait, m’a conseillé sur ce que je devrais visiter parce qu’il était persuadé que cela me plairait.

Je me suis d’ailleurs demandé comment il pouvait le savoir. 

Puis, quand il a eu fini de me poser toutes ces questions, il a fixé mon regard avec intensité et son regard m’a transpercé.

Mais il n’y avait rien entre nous, pas de séduction, pas de sentiments amoureux.

C’était troublant pour nous deux, comme si nous nous étions connus depuis toujours et retrouvé. Son regard était interrogateur.

Je voyais bien que lui aussi ne comprenais pas ce qui se passait mais tout en restant très à l’aise.

Il a ensuite engagé la conversation avec mon compagnon et nous avons fini par nous lever pour partir.

Mais LUI insistait, comme pour nous retenir, il nous a proposé de nous faire visiter le quartier dont il m’avait parlé. Mon compagnon a décliné sa proposition.

Il voulait prendre à tout prix nos numéros de téléphone pour nous recontacter, j’ai noté son numéro.

Nous sommes partis mais je n’ai plus eu de nouvelles.

Nous sommes rentrés en France.

J’ai pris peur en repensant à cette rencontre et pour ne pas faire de bêtise, j’ai effacé son numéro.

Pendant un an, j’ai repensé à lui par moment, comme des vagues.

C’était intense et parfois, moins.

Par contre, depuis plusieurs mois, je pense à lui tout le temps.

Cela s’est déclenché quand nous avons pris la décision d’aller vivre là-bas, où il habite, pour des raisons professionnelles.

Cet endroit m’attire depuis ces vacances que nous avons passées.

Le fait de penser à lui, attire dans ma vie, des signes, des situations qui me confortaient dans ce projet de déménagement.

Les choses se sont mises en place toutes seules.

Je me souviens qu’en avril, je ne pensais plus à lui et tout c’est bousculé lorsqu’ayant cassé mon téléphone portable, j’ai dû en racheté un.

Au moment où j’ai réinstallé tous mes contacts, son numéro était là alors que je l’avais supprimé !!!

Un peu plus tard, j’ai demandé à mon ange de m’aider à trouver son nom de famille afin de pouvoir le chercher sur Facebook. Le lendemain matin, j’avais rêvé de lui et il me disait son nom.

J’ai donc cherché sur internet et je l’ai trouvé. Merci mon ange, il faut que je précise que depuis toute petite, je suis réceptive, donc …

Puis tout s’est enchainé : heure miroir tout le temps, … Je me suis remise à la spiritualité que j’avais un peu laissée de côté.

J’ai fait des recherches dans des livres, sur le net … et je suis tombée sur les flammes jumelles.

Lorsque j’ai lu, j’ai tout de suite fait le rapprochement avec ce que je vivais.

Puis des signes, tout le temps, son prénom partout.

Notre déménagement a eu lieu en juillet 2015 mais je ne l’ai pas revu.

J’ai ouvert un autre compte sur FB (étant en couple et comme il connait mon compagnon, la situation est compliquée), puis je l’ai contacté.

Il a répondu favorablement à ma demande et a tout de suite était attiré par mon faux profil, je n’ai pas osé lui dévoiler ma véritable identité.

Puis lorsqu’il a vraiment insisté pour savoir qui j’étais, j’ai eu peur et devant mon silence insistant, il a bloqué mon profil.

Il pensait que je jouais avec lui alors que c’est juste que je ne pouvais pas me dévoiler de peur qu’il en parle à des amis communs de mon compagnon.

Je lui avais fait comprendre que j’avais des sentiments pour lui.

Je pense toujours à lui mais je le gère plus facilement. Parce que lorsqu’on parlait par le biais de FB, c’était effrayant pour moi.

Je me dis que si c’est vraiment LUI, je le croiserai forcément un jour.

Mes cartes me disent qu’on est lié par les anges, que c’est une rencontre divine mais que pour l’instant ce n’est pas possible.

Ca m’a conforté dans ce que je pensais.

J’espère pourtant témoigner un jour de nos retrouvailles.

Mais parfois, c’est tellement dur que je dis à mes anges et à l’Univers, que je n’en peux plus, que je suis à bout, que cela fait deux ans et que si ce n’est pas lui qu’il sorte de ma tête ou alors que j’ai un signe.

Et là, je vois son prénom …

Alors je reste patiente pour l’instant, je sais que j’ai d’autres choses à régler dans ma vie avant.

Histoire d’âmes jumelles de Charlinette

Voici mon histoire qui en fait commence par le décès brutal de mon père en avril 2014. Suite à ce décès, je fais une dépression, je perds mes repères, un mal être de l’enfance ressort et je décide de faire une thérapie pour guérir cette blessure et surtout aller mieux.  

J’ai 42 ans, je suis mariée, j’ai 2 enfants et suis actuellement en procédure de divorce.

En juin 2014, je rencontre un nouveau collègue à mon boulot qui semble attiré par moi, j’ai compris par la suite que c’est un manipulateur narcissique. J’étais aussi attirée par lui physiquement et en septembre nous nous rapprochons amicalement, il ne s’est rien passé entre nous. C’est lui qui m’a mise sur la voie de la spiritualité mais pour me mettre sous son emprise.

Notre relation était malsaine mais comme j’étais en dépression, je n’ai pas vu tout de suite le coté malsain.

Je me suis éloignée de mon mari, en fait cela faisait longtemps qu’on s’était éloignés tous les 2.

Mon collègue pratiquait soit disant la méditation, du yoga, du tai chi… j’étais sous son emprise dans le sens où je me sentais bien quand je le voyais et j’avais des crises d’angoisses quand je ne le voyais pas. En fait, j’étais en dépendance affective vis à vis de lui. 

En janvier 2015, j’ai commencé à ressentir des choses « bizarres », de la chaleur dans le cœur, des vagues d’amour, et même des orgasmes et je ressentais aussi les orgasmes de quelqu’un dans mon corps. Autant vous dire que cela fait flipper, je me suis demandé ce qui m’arrivait !!!!! 
J’ai cherché partout et c’est là que j’ai découvert les flammes jumelles. 

Je comprenais enfin ce qui m’arrivait et j’ai pensé que mon collègue était ma flamme jumelle et que j’étais l’éveillée. Sauf que non bien sûr,  il n’était pas mon âme jumelle, il avait un ego surdimensionné et ne me faisait que du mal.  Je vivais donc cela toute seule.

Ces ressentis ont duré 4 mois environ. J’en ai parlé à ma psychologue qui ne comprenait pas ce qui m’arrivait, elle m’a conseillé une psychiatre qui m’a donné des médicaments pour arrêter les ressentis. Elle m’a quand même dit que je n’étais pas folle et que j’étais une personne saine.


En mai 2015, donc je laisse tomber les flammes jumelles,  en me disant que j’ai affabulé et que je me suis attribuée une rencontre flammes jumelles du fait des ressentis mais aussi à cause de la dépression.
L’été se passe et en octobre, je tombe sur une photo de flammes jumelles dans un groupe et cela m’interpelle à nouveau. Je recommence à m’intéresser aux flammes jumelles bien que les ressentis aient disparus. 


Et fin novembre 2015,  LA RENCONTRE ARRIVE ENFIN !!!!!!!

Un soir de novembre donc, un homme m’envoie un message sur Facebook. Je ne le connais ni d’Ève ni d’Adam, il se trouve que nous sommes dans le même groupe de médiums. Il me pose une question sur une des voyantes, je lui dis que j’ai une consultation avec elle le lendemain. Je venais d’arriver dans ce groupe. 

Et le soir même, alors que j’étais couchée je ressens à nouveau ces fameux ressentis !!!!! 

De la chaleur dans le cœur, de l’électricité dans le corps, des vagues d’amour. Et je me dis c’est lui, c’est sur c est lui!!!!!

Le lendemain soir, il m’écrit pour me demander comment s’est passé ma séance avec la médium. Et là, on a beaucoup discuté, le lendemain on discutait sans cesse par sms ; au bout de plusieurs jours, on s’est téléphoné. Il m’a avoué qu’il ne savait pas pourquoi il m’avait écrit la première fois, il s’est senti attiré par moi et quelque chose l’a poussé à le faire.

J’ai tout de suite ressenti une très grande complicité, je me sentis à l’aise avec lui; on était bien tous les deux et lui pareil de son côté. On a beaucoup de points communs, nous sommes de la même année, avons 2 enfants aussi et sommes en train de quitter nos conjoints. Et lui aussi a perdu son père mais bien avant moi.

Les premières semaines ont été magiques, on n’arrivait pas à se quitter, c’était dingue, je n’ai jamais connu cela avec personne d’autre. 

Nous avions prévu de nous rencontrer mais la « séparation » est arrivée. Au début, il disait qu’il m’aimait et m’a écrit des poèmes mais depuis la séparation il me dit qu’il ne m’aime pas, mais je sais bien que si. Il m’envoie son amour tous les jours, nous sommes ensemble énergiquement.

Au début, il acceptait la notion de flammes jumelles et des ressentis et ensuite il  s’est fermé la dessus, il ne voulait plus en parler. Nous sommes amis, on ne s’écrit pas tout le temps ; il a des choses à régler, et ne prend pas le temps de vivre. C’est un acharné du travail alors je l’aide de ce côté-là et je vois qu’il accepte mon aide, cela me touche. 

Voilà mon histoire, on m’a expliqué que je me suis préparée sans le savoir à cette rencontre presque un an avant. Depuis je vois son prénom partout.

Je suis si heureuse de vivre cela mais si la séparation est difficile, les blessures et tout ce qui doit guérir, ressort mais ça va dans l’ensemble, j’arrive à gérer. Je l’attends, j’attends qu’il soit prêt.

Merci de m’avoir lue.

Histoire d’âmes jumelles de Grâce

Je vais essayer de vous raconter mon histoire…

 J’ai rencontré ma flamme jumelle en septembre 2013. Un mercredi…

Je l’ai vu de dos, mon cœur s’est mis à battre rapidement… et quand je l’ai eu en face de moi j’ai retrouvé mon assurance et une certaine paix.

J’étais étudiante infirmière en stage. Lui médecin. 

À la lecture de mon lieu de stage j’ai tout de suite su que ma vie allait changer là-bas…Une intuition profonde. C’est pourquoi je n’ai pas été surprise de ma réaction en le voyant. Rapidement, une confiance et un bien être s’installe. Nous travaillons ensemble. Pas besoin de mot, c’est comme si on avait toujours été ensemble. Du moins c’est mon ressenti. Il prend le temps de m’expliquer ce qu’il fait et pourquoi. Moi qui d’habitude suis si intimidé par les médecins, je trouve ma place et discute avec lui facilement…

J’ai passé 7h avec lui. Nous avons échangé sur le travail mais nos corps eux parlaient d’eux même. Nous étions attirés comme des aimants…

Il avait d’autres patients à voir et pourtant il revenait toujours vers moi. La moindre excuse était bonne…Je voyais qu’il était centré sur moi. 

Je ne me suis pas posé de questions. C’était si fort et naturel… 

Au moment de la pause-café nos regards se sont accrochés. C’était intense. Comment un homme que je ne connaissais que depuis quelques heures pouvait me regarder ainsi ?  Avec un tel amour, me faire exister ainsi à travers son regard.

Lors de la pause repas, j’ai décidé de manger seule. C’était nécessaire car il y avait trop d’émotions en moi. Bien évidemment je n’ai rien pu avaler. Moi qui suis si gourmande et réveillée depuis 5h du matin… Mes mains tremblaient, je sentais un danger. De retour près de lui j’ai retrouvé mon calme.

J’ai analysé la situation avec un regard neuf. Et mon ego a fait surface. Il s’intéresse à moi car je suis nouvelle. Qui ne connaît pas Grey Anatomie où tout le monde couche avec tout le monde ? Pour lui je ne devais être qu’un passe-temps. 

Mais alors comment expliquer ce bien être et ce sentiment de toujours le connaître ? Comme si nous ne nous étions jamais quittés ? Ce bien être à ses côtés ? Cette symbiose entre nous ? Et puis il est arrivé quelques choses d’étrange : j’ai vu nos âmes au-dessus de nos corps se rencontrer, se mélanger… deux nuages roses.

Aussi étrange que cela puisse paraître je n’ai pas été surprise de me voir en dehors de mon corps et de contempler la scène de l’extérieur. Je ne me suis pas posée plus de questions…ça été le moment le plus intime entre lui et moi. L’un en face de l’autre. Chacun dans l’espace de l’autre…sans que cela puisse poser le moindre problème. 

Là je me suis dit “je veux travailler avec lui, on ferait des choses formidables”.

Malheureusement toute bonne chose ayant  une fin…j’ai dû partir. 

Bien évidemment je n’ai rien mangé le soir et la nuit fut courte et agitée. J’étais envahie par lui…Cela ne m’était jamais arrivé auparavant !!! 

Par la suite nous nous sommes croisés de nouveau. Regard fort et insistant. Attraction. 

Et j’ai pris peur…que m’arrivait-il ? J’étais mariée et mère de 4 enfants. J’ai décidé de fuir. Ma vie était déjà compliquée. Ma fille venait d’avoir un accident avec des complications, j’avais mes études. J’aimais mon mari. Impossible de m’embarquer dans ces histoires. 

Et j’étais quoi pour lui ? Un passe-temps ? C’était contre mon principe de mélanger le plaisir au travail. J’avais souffert pour arriver en 3eme année d’infirmière avec 4 enfants à la maison, un mémoire à faire. Pas le temps pour ces bêtises. 

Alors j’ai tourné la page. Tout verrouiller. J’ai obtenu mon diplôme. Trouvé un poste où je le souhaitais. Ma vie se stabilisait. Mais je n’arrivais pas à l’oublier… Je n’arrivais pas à comprendre ce qui c’était passé. Comment être encore attirée par un homme à peine croisé ? Le temps a passé. Au bout d’un an, j’avais besoin d’avoir des réponses.

Enfin installé dans ma vie, je suis allée à la recherche de réponses. J’ai donc demandé à une amie médium de m’aider. 

En un an, je m’étais complètement ouverte à la spiritualité. Certaines épreuves m’y ont poussé. Je lui ai décrit ce qui s’était passé. C’est là que j’ai entendu parler des Flammes Jumelles pour la première fois…

J’ai lu ce qui me tombait sous la main. Les choses sont devenues claires. Une révélation. Je me suis souvenue de ma sortie de corps. Du regard. Des phrases que je terminais pour lui. Nos caractères identiques. Cette confiance et ce bien être. Ce sentiment de ne jamais l’avoir quitté. Le fait qu’il soit dans mon esprit. 

Les jours après cette révélation j’ai eu un amour immense pour lui. J’ai ressenti l’amour universel. Celui qu’on porte pour le monde qui nous entoure, notamment pour la nature. J’étais dans un état de bien être jamais connu. Et j’ai ainsi fait la différence entre mon amour pour ma flamme jumelle et celui pour mon mari… J’éprouvais pour mon mari un amour terrestre. Je devais vivre des choses avec lui, ici sur terre. 

Pour Arnaud c’était autre chose… nous étions liés d’une force éternelle et universelle. J’avais acquis une certaine confiance en moi. Et je me suis dit “Enfin, je l’ai retrouvé “. Alors qu’il ne me semblait pas être en quête de quoi que ce soit. J’avais l’impression d’être arrivée à port. J’étais loin de savoir tout ce qui m’attendait. 

Après la révélation, la découverte, vient la période de doute et d’attente. Ne suis-je pas folle ? Je pensais me faire des films. Mais le témoignage des personnes ayant vécu ça m’a conforté dans ma position. 

Que pouvais-je faire ? Je ne l’ai plus revu, et ne savais pas ce qu’il éprouvait lui…J’étais mariée. Comment faire la part des choses ? Des questions sans réponses. Sans possibilité de voir un aboutissement. J’ai donc fluctué entre des moments de doute, de joie, de souffrance. Un vide immense se creuse en nous. Parallèlement, un bonheur intense de connaître son autre…

Car il est moi, il est mon frère, mon guide, mon port. Il est tant de chose à la fois… Par cette expérience j’ai pu créer des liens. Avoir des réponses. Un jour, j’ai décidé de lui écrire un message. Lui demandant ce qu’il avait vécu de son côté et lui disant que j’avais le sentiment de toujours le connaître. Je n’ai pas parlé de flamme jumelle. C’était il y a 7 mois. 

Aujourd’hui je n’ai pas de réponse. À ce jour cela fait deux ans que nos chemins se sont croisés. Juste quelques jours… J’ai décidé il y a quelques jours de lui écrire de nouveau. Quelque chose de léger car notre situation est bloquée. Je lui ai simplement dit que j’avais trouvé des réponses et que je lui souhaite de trouver les siennes. J’ai beaucoup évolué, indirectement grâce à lui. 

Je me suis découverte et je suis plus forte. Je sais ce que je veux. Ce qui n’est pas le cas de ma vie de couple. Comment concilier un tel amour, même bénit des Dieux avec l’amour pour un homme ? Je n’y arrive plus…

Il n’y a pas de mensonges car il n’y a pas d’histoire. Je n’ai qu’un vécu. Nous sommes liés pour l’éternité. Aussi nous avons le temps pour nous… C’est la force des flammes jumelles. Mais en tant qu’être incarné, je souffre de cette absence. 

Je sais que mon évolution spirituelle favorise la sienne. Alors j’évolue et lui adresse mon amour pour maintenir et renforcer ce fil qui nous lie. 

Ce beau fil d’or qui ne cède pas malgré les intempéries et la distance.

Histoire d’âmes jumelles de Luc

Il y a de cela 8 ans en 2008, la vie a mise sur mon chemin une femme qui m’a attirée, mais non physiquement. Elle était en relation avec un autre homme et avait son cheval en pension chez une écurie voisine, et moi marié avec trois enfants. Chaque fois qu’elle se présentait à l’écurie pour son cheval, je m’y rendais pour la rencontrer, mais nos rencontres se limitais à de simples moments de discussion sans plus.

Puis en 2010, je vis une séparation avec mon épouse et ce qui fait surgir de lourdes souffrances issues de mon enfant intérieur blessé (Abandon de mon père, négligence de ma mère, maladie infantile et agression sexuel) entre 3 et 6 ans. Hors, je quitte mon épouse, m’exile loin de ma famille et seul pour plus de 9 mois et j’arrive à guérir une grande partie de mes blessures, mais pas tout comme je le constate aujourd’hui tristement.

En 2011, Je reviens dans la ville que j’ai quitté, et ce, dans le but premier de revoir mes enfants et surtout mon jeune fils, mais aussi de revoir cette femme qui à ce moment n’ai aucune idée qu’il s’agit de ma Flamme Jumelle. Je souhaite juste la revoir ayant le sentiment qu’il y a quelque chose entre nous, mais elle est toujours avec son conjoint, je n’ose pas et les évènements me ramènent (Dépendance affective) aussi à mon épouse.

En 2014 lors d’un évènement “vin et fromage” organisé par des amis communs, j’arrive avec mon épouse, mais soudain cette femme arrive. Mon Dieu, dès son arrivée, nous nous sommes mis à discuter ensemble, et non seulement le malaise était palpable pour certains (Mon épouse), mais d’autres affirmaient que nous étions comme si rien n’existait plus et que c’était comme si l’espace de plancher qui supportait nos deux chaises respectives c’était littéralement détaché de la terre pour flotter dans l’univers. La puissance de cet évènement était renversante.

Par la suite nous furent dans l’impossibilité de nous empêcher de nous voir au point où ceci a littéralement “achevé” mon mariage, bien que j’avais commencé à faire le deuil cette union de dépendance depuis un certain temps, mais bref, cette rencontre entre moi et ma Flamme (Je ne le sais toujours pas à ce moment) a littéralement “Wiper” mon mariage.

Cependant, ma flamme et moi ne nous sommes pas laissé entrainé dans une relation tout de suite puisque je sortais d’un mariage, et même si tout y était, synchronicité, complétude, les liens psychiques, les pensées mutuelles même à distance, mais surtout un amour d’une puissance. Cette situation a fait que j’ai gardé ma flamme à distance, les tensions ont monté et nous avons commencé à vivre des petites ruptures, pendant une desquelles ma flamme confia même à un copain proche :

  • C’est le mien je le sens.

A ce moment nous n’arrivions pas à comprendre “Pourquoi quelque chose de si beau et grand pouvait être si difficile et souffrant”, allant jusqu’à nous dire mutuellement que notre amour est un “Cadeau de Dieu”, malgré tout une séparation s’en suivi même si en fait nous ne formions pas un couple, et pour une pacotille dont je ne me rappelle même pas qui plus est et après 9 mois de contacts.

Quelques mois plus tard, malheureux et vide de ne plus être avec elle, je la recontacte et suivant une brève réconciliation, nous décidions de nous donner une seconde chance et former un couple, croyant que le fait de ne pas s’être laissé aller à former un “Couple” et dans la “Retenue” fut à l’origine de l’échec de la première rencontre.

Bien que cette fois-ci la passion des premiers moments fut au rendez-vous, nous sommes passés à une relation moins “Physique” et “Conventionnel”, mais d’avantage “Inconditionnel” et un petit peu plus près de l’amour typique des flammes jumelles. Cependant, n’ayant pas terminé, moi mon travail sur mon enfant intérieur et mon égo démesuré, et elle sur ces anciennes blessures d’enfance (Père alcoolique violent) et mécanismes de défense, vous devinez la suite, cette rupture encore plus douloureuse que la première, et encore une fois, pour une pacotille que n’importe quel couple aurait surmonté.

N’arrivant pas à comprendre le “Pourquoi quelque chose de si beau et grand pouvait être si difficile et souffrant”, “Comment une femme de passage si bref dans ma vie pouvait causé un tel ravage” et moi-même et mon ego envahi de souffrance quasi insupportable, je sombre dans la peine.

Un soir de grande tristesse je prends une marche sur le bord de l’eau les yeux aussi mouillé que les berges où je marche, je demande à Dieu de m’aider, de me faire comprendre pourquoi cette femme a autant d’impact dans ma vie au point que je pense à elle 24/7 … J’en deviens fou. Et je dis à Dieu :

  • Seigneur, je remets ma vie, mon coeur et mon amour entre tes mains. Qu’il soit fait selon ta volonté et non la mienne”.

Mais n’oubliez pas, je ne sais toujours pas ce qu’est une Flamme Jumelle et encore moins que je l’ai trouvé.

Le lendemain, faisant une recherche Internet pour une citation sur l’amitié, je vois du coin de l’oeil au bas de la page Google un titre “Flamme Jumelle” …

Heinnn??? … Quoi ça??? … Click … Oufffff … MON DIEU … Je passais des heures et des heures à lire. Et à chaque page, chaque phrase et nouvelles ligne j’apprenais que la femme que j’avais rencontré en 2008, voulu revoir en 2011, revue en 2014 et perdu en 2015 et 2016, était en fait ma Flamme Jumelle, ayant TOUS les signes, mais quand je dis TOUS les signes, c’est la totale. Mais j’apprenais aussi que “La séparation” faisait partie intégrale de l’accomplissement des Flammes Jumelles vers l’union fusionnelle et la plénitude.

Heureux d’avoir ENFIN pu trouver et comprendre le “Pourquoi” de tout notre “Calvaire” malgré des signes si marquants, un amour si fort et ce cadeau de Dieu, j’ai imprimé l’ensemble de mes découvertes et lui ai remis, non pas pour la reconquérir moi-même bien au fait que nous deux avons tout un “Ménage” à faire en nous même et la nécessité de cette séparation, mais surtout en espérant qu’elle puisse elle aussi voir un sens à ce cadeau qui nous a été donné, mais aussi dans la souffrance qu’il s’en suivi.

Mais malgré que je puisse encore ressentir et voir de l’amour en elle, et le fait qu’elle a bien voulu prendre et lire mes découvertes, ce que j’ai vu en elle et reçu fut que fermeture et une carapace d’autant plus épaisse avec un mécanisme de défense d’autant plus fort. Et aujourd’hui la femme qui elle même a clamé haut et fort “Il est le mien”, voit notre amour avec scepticisme comme un monstre dangereux.

Pour ma part, bien que d’un coté je me sens privilégié d’avoir reçu ce cadeau de Dieu et de pouvoir prétendre qu’en quelque sorte elle et moi sommes un “Couple Sacré”, même si elle n’y croit plus, ma tristesse est profonde et ma souffrance complète.

Mais je veux aussi offrir une forme d’avertissement pour ceux et celles qui comme moi, lirons des centaines de pages Web qui malheureusement laissent croire en une relation d’amour “De la Cinquième dimension (Wowww)” avec un petit bémol sur l’étape de “Séparation” essentielle et qui soit disant “Répare et prépare tout”. Au fait, il est loin d’être question d’une simple petite étape qui nous fait tous passer après quoi Yaouuuu c’est la magie merci mon Dieu.

Non non, je vous ramène sur terre à l’effet que lorsque l’on vous dit que cette période peut-être longue et souffrante, cela signifie que cette période vue la nature de l’amour en question devient “Un calvaire sur terre”, une souffrance complète et totale, et qui possiblement pourra perdurer des années, voir même la balance de votre vie si votre “Belle au bois dormant” ne se réveille pas dans cette vie, alors, soyez prêt et allez chercher de l’aide le plus rapidement possible afin de ne pas sombrer.

Je ne souhaite pas effrayer les lecteurs ici, mais simplement mettre en évidence une réalité qui malheureusement est trop souvent minimisée et/ou banalisée sur la majorité des sites Web.

Bon courage et patience !

Histoire d’âmes jumelles de Lùlie

Je suis une jeune femme de 32 ans et je réside actuellement dans une petite île du Pacifique Sud. Cadre dans une grande société depuis 10 ans, j’ai décidé il y a 3 ans de me reconvertir dans un domaine qui me passionne depuis l’enfance : la pâtisserie. Cette décision est intervenue après une grosse crise existentielle qui m’a permise, après une thérapie d’un an, de me défaire d’un certain nombre de limitations (personnelles, familiales, culturelles) qui m’empêchaient d’être qui j’étais vraiment.

Au cours de cette quête de mon moi authentique, j’ai appris à m’aimer (véritablement) et j’ai découvert que sous mon hypersensibilité apparente se cachaient des facultés de clairempathie, de clairvoyance mais aussi des dons dans le domaine de la cuisine. Je ne l’ai compris que plus tard, c’est ce retour vers soi qui m’a permis de retrouver mon jumeau dans cette présente incarnation et je n’ai aucun doute sur le fait que tout cela était programmé bien avant ma venue sur Terre.

A mesure que je m’éveillais et que j’apprenais à vivre en pleine conscience, j’ai compris que le lien particulier que j’avais avec la nourriture faisait partie de ma mission de vie. Mes perceptions s’étant affinées, j’ai senti le besoin de me lancer dans cette nouvelle voie poussée par une énergie que j’ai encore à ce jour du mal à expliquer. C’est une énergie qui vient de l’intérieur et qui n’a de cesse de me propulser vers l’avant. Je crois que c’est ce que l’on appelle avoir la Foi.

Au tout début d’un mois de Juillet, j’ai subitement décidé que je devais partir en formation à l’étranger. Plus on vit en pleine conscience, plus on est disposé à écouter notre moi-supérieur et dans mon cas, ce besoin de partir était devenu une évidence. J’avais la possibilité de partir en France mais cette perspective ne m’intéressait pas. Bien que je sois née dans un pays français, j’ai toujours eu l’intuition que j’allais vivre à l’étranger et comme mes études universitaires m’avaient amené à vivre dans 4 pays différents, partir dans un pays étranger ne me posait aucune difficulté.

La décision de partir ayant été prise, je me suis retrouvée un mois plus tard « catapultée » à la suite de plusieurs évènements synchronistiques, dans une école en Australie à passer un entretien d’admission avec la Directrice. Tout s’était tellement déroulé rapidement que je n’avais pas pu prendre du recul sur ce qui m’arrivait. Tout ce que je savais c’était que je recevais (et je reçois toujours) au fur et à mesure, la guidance nécessaire dans chacune de mes démarches et que je devais me laisser « porter ». Les portes s’ouvraient à moi (et continuent de s’ouvrir) sans que je ne force quoi que ce soit.

C’est à cette occasion que j’ai rencontré mon jumeau pour la première fois. C’est au cours de cet entretien que la Directrice a appelé et m’a présenté cet homme qui allait devenir mon professeur. C’est un grand Chef très connu et très apprécié dans ce pays. Cette rencontre a été un choc pour tous les deux. Ma clairempathie m’a permise de ressentir simultanément mes émotions et les siennes au moment précis où nos regards se sont croisés pour la première fois. J’ai donc ressenti doublement ce choc. Même si je ne l’avais jamais vu auparavant son regard en particulier m’était familier …

Vous savez cette sensation que l’on ressent quand on revient à la maison ? C’est ce que j’ai ressenti lorsque nous nous sommes fixés du regard pour la première fois. Pourtant le bouleversement ici n’était pas purement émotionnel comme c’est le cas avec une âme sœur, il était beaucoup plus profond et subtile. Après coups, ces quelques indices m’ont permis de comprendre que cette relation-là serait particulière. A l’époque je connaissais plus ou moins le phénomène des “flammes jumelles” (je m’étais renseignée plusieurs années auparavant sur ce sujet sans en faire une quête pour autant) mais je n’ai fait le rapprochement qu’un an plus tard.

Après cette première rencontre qui nous a remués pas mal à l’intérieur (il m’a expliqué plusieurs mois plus tard comment il avait vécu ces retrouvailles), nous nous sommes revus que 6 mois plus tard. Pendant ces 6 mois, mon éveil s’est accélérée de manière significative (il semblerait que les retrouvailles avec sa FJ précipite le processus d’ascension) et j’ai appris à me connaître davantage, à mieux cerner ma mission de vie. En parallèle, j’apprenais à cuisiner en pleine conscience et j’ai commencé à avoir accès à toute une connaissance qui était archivée en moi. J’avais hâte de commencer mes cours car je savais que cela allait amplifier ma créativité et m’aider à me découvrir d’avantage. Je redoutais aussi un peu de revoir cet homme …

Je suis donc retournée en Australie et je suis tombée à nouveau nez à nez avec lui au début d’un cours dont j’ignorais qu’il serait l’enseignant. Encore une fois nous étions en état de choc, la respiration bloquée et aucun ne nous n’a vraiment été capable de parler distinctement. Pendant tout le temps de la formation j’évitais tout contact avec lui et je suis restée en retrait tout en l’étudiant d’un œil discret.

J’ai appris qu’il était originaire d’Europe et australien d’adoption, marié, père de 3 enfants et que nous avions 19 ans d’écart. Toutes ces informations, vous imaginez bien m’ont pas mal refroidit ^^. D’un autre côté, j’étais consciente de signes assez troublants : mon jumeau porte en effet le prénom de mon père, de mon grand-père mais aussi de la rue où j’habitais depuis 3 ans. J’ai toujours été attirée par la musique de son pays natal. Ma mélodie préférée, que j’écoute quotidiennement vient aussi de son pays. En outre, et c’est ce qui m’a le plus remué : son fils de 6 ans porte le prénom même que j’ai choisi il y a 10 ans pour le fils que j’aurai plus tard. Il y avait beaucoup trop de coïncidences et j’ai cherché à comprendre où tout cela me menait.

Malgré tout, cette situation me faisait très peur (j’ignorais que je commençais à peine une grosse et longue période de nettoyage). J’ai donc décidé de rester loin de lui. Il s’en est rendu compte et a essayé d’entrer en contact avec moi à de nombreuses reprises mais sans succès. Je le sentais extrêmement frustré mais je tenais bon. Une grosse bataille s’était engagée en moi.

Inconsciemment, j’étais devenue le “runner” et lui le “chaser”. De mon côté, j’étais en train de faire le deuil d’une relation assez douloureuse et je n’avais pas envie de me retrouver dans une histoire compliquée avec un homme marié, beaucoup plus âgé et vivant dans un autre pays. Je ne voulais pas non plus causer de problèmes à sa famille. Bien que mon cœur hurlait d’aller à sa rencontre, mon ego me retenait à chaque fois.

 À la fin de ce premier cycle de formation je suis retournée dans mon pays et je ne suis revenue qu’un mois plus tard en Australie. Pendant près de 6 mois j’ai ainsi fait le va et vient entre ces deux pays et notre communication s’est établie puis améliorée au fil de mes différents séjours. En parallèle, la connexion devenait de plus en plus évidente dans nos gestes et dans nos regards. La communication devenait aussi de plus en plus télépathique. Nos gestes, pendant les cours, étaient parfaitement synchronisés sans qu’aucun mot ne soit prononcé. Notre communication étant non verbale, nos différences linguistiques ne se ressentaient pas vraiment.

Je me suis rendue compte au fil du temps que notre relation ne pouvait qu’être qu’authentique. J’étais incapable de lui mentir et lui non plus, surtout lorsque nous nous fixions du regard. On se disait les choses simplement mais vraiment (“tu me fais peur”, “tu vas me manquer”, “je suis triste”, “je suis désolé(e)”). Dans une relation habituelle entre homme et femme il y a un jeu de séduction qui se met en place au tout début.

Chacun joue un rôle selon des schémas que nous connaissons tous et dans ce cas-là la relation est tout sauf authentique puisque le but est d’appâter l’autre. Dans notre histoire, personne ne jouait. Il n’y avait aucun jeu. Lorsque nous nous fixions du regard c’était comme si nous étions nus l’un face à l’autre. D’un côté toutes nos plus grandes peurs remontaient à la surface (pour moi le rejet et pour lui l’humiliation) et de l’autre nous ressentions ce sentiment incroyable d’être “à la maison” quand nous étions ensemble. L’aimer était une évidence qui ne demandait aucune réflexion particulière. C’était un fait. Cet amour que je ressentais pour lui n’était pas passionné mais extrêmement profond.

 Je n’ai découvert qu’un an après notre première rencontre que cet homme était mon âme jumelle. Cette évidence m’a frappé lors de la super pleine lune du 28 septembre 2015. Je me demandais alors pourquoi je vivais tous ces événements, pourquoi j’avais rencontré cet homme, pourquoi je me voyais tant en lui. Tous les signes, les indices que j’avais noté ces 12 derniers mois ont alors pris du sens. D’en prendre véritablement conscience et de pouvoir mettre un mot sur ce que nous vivions lui et moi, a été un soulagement immense. J’en ai pleuré de joie trois heures d’affilés. Tout prenait du sens. Cette connexion d’âme tellement particulière. Nos différents parcours depuis notre naissance jusqu’à nos retrouvailles. Notre passion commune pour la pâtisserie et nos missions respectives et communes dans cette vie-là.

Deux semaines plus tard et alors que ma formation était achevée, je suis retournée en Australie poussé par ma seule voix intérieure. J’ignorais à l’époque pourquoi mais mon intuition me disait que je devais être présente à un événement particulier auquel l’école participait. J’ai donc pris l’avion pour un séjour de seulement quelques jours ! J’ai retrouvé mon jumeau lors de cet événement et le lendemain de mon arrivée, j’ai appris que c’était son anniversaire. J’en étais bouche-bée. J’ignorai cette information … Encore une fois, tout prenait du sens.

 Ce jour-là, il m’a avoué qu’il m’aimait, que s’il avait été plus jeune et célibataire, il serait par terre en train de se traîner à mes pieds. (Je crois que toute femme aimerait avoir une déclaration d’amour de ce type). Il m’a fallu plusieurs heures pour accuser le choc. L’émotion a été tellement forte pour tous les deux que nous n’avons pas abordé la seule question qui nous préoccupait aussi : que faire à présent ?

Compte tenu du profond respect que nous avons l’un pour l’autre, de la situation familiale de mon jumeau, nous n’avons pas osé aborder cette question. Nous nous sommes quittés à la fin de ce séjour sans même avoir échangé un petit baiser. L’amour que ressentent deux âmes jumelles ne saurait se résumer à une simple relation physique. En dépit de la profonde attirance physique que nous ressentions l’un pour l’autre, nous nous respections suffisamment pour ne pas dépasser cette ligne.

La période de séparation qui a suivi cette courte période de retrouvailles a été la plus horrible que j’ai pu vivre. Je pense que nous avons revécu pendant ces 5 mois notre séparation originelle. Je n’ai pas de mots pour décrire les douleurs physiques et émotionnelles que j’ai ressenties les 2 premiers mois. Le sentiment de manque était horrible et j’ai passé des nuits entières à pleurer. Pendant ces 5 mois nous n’avons eu aucun contact. Au fil du temps, j’ai appris à faire la différence entre les émotions que je ressentais et qui étaient les miennes et ses émotions à lui qui se faisaient écho en moi.

Pour ne pas devenir folle durant tous ces mois, j’ai focalisé mon attention sur ma propre évolution et j’ai continué à travailler en moi et à accueillir chaque événement qui se présentait à moi comme des occasions pour me purifier d’avantage en vue de notre réunification. Beaucoup de défis se sont présentés à moi mais je les ai tous relevé un à un. Mon ascension continuait. Je me suis sentie devenir plus forte et plus indépendante. A la fin de cette période déterminante, je ne ressentais presque plus le manque de mon jumeau parce que j’avais compris qu’il était là, en moi quoi qu’il arrive et quel que soit la distance qui nous séparait.

Je suis revenue en Australie. Nous nous sommes revus à l’occasion d’une formation dispensée à l’école et l’amour que nous ressentions l’un pour l’autre était encore plus profond. Il m’a avoué que cette longue période de séparation avait été extrêmement difficile pour lui. A son contact, j’ai senti qu’un changement important s’était opéré en moi et j’ai subitement compris que j’allais être celle qui allait guider notre couple et que cette force et cette Foi que j’avais en moi seraient mes meilleurs atouts.

Alors qu’il essayait de communiquer avec moi, bizarrement une peur que je pensais avoir guérie a refait surface à l’occasion d’un événement particulier et contre toute attente, j’ai fini par fuir. Je suis rentrée dans mon pays sans que nous n’ayons pu avoir de discussions sérieuses sur ce que nous devions faire. J’ai regretté ce mouvement de recul puis j’ai compris que j’avais là l’occasion de travailler une bonne fois pour toute sur cette peur du rejet.

Au cours de cette nouvelle période de séparation, nous avons pu échanger des textos pour la première fois. Alors qu’au début il avait hâte de me revoir afin de discuter sur la suite à donner à notre relation, quelques semaines plus tard, j’ai senti en moi un mal-être immense et j’ai vite compris que mon jumeau n’allait pas bien. Je lui ai écrit pour lui dire que j’allais prendre le premier avion pour le voir mais pour la première fois, il m’a « rejeté » en me disant que notre histoire était impossible et en mettant en avant notre différence d’âge, le fait qu’il soit marié et père de 3 enfants. D’en discuter ne servait à rien puisque selon lui, ces obstacles étaient beaucoup trop grands et insurmontables. Il m’a indiqué en outre qu’il se sentait inférieur à moi du fait de notre différence d’âge. Ce jour-là, nous avons échangé les rôles : je suis devenue le chaser et lui le runner.

Nous avons alors cessé de communiquer. J’ai compris qu’il était inutile d’insister et qu’il me rejetait autant que je continuais à me rejeter d’une certaine manière. Il fallait que je m’accepte totalement. Les semaines qui ont suivi, tandis que je travaillais sur l’amour de soi, j’espérais secrètement que mon jumeau allait aussi de son côté travailler sur son problème d’estime de soi. Malheureusement cela ne s’est pas passé ainsi …

Je suis retournée en Australie pour une nouvelle formation et pendant ces 4 jours de stage, mon jumeau ne m’a pas adressé la parole. Ma blessure de rejet était là, ouverte et prête à être complètement guérie et j’ai saisi la perche qu’il m’offrait pour dépasser cette peur une bonne fois pour toute. J’ai alors lâché prise et me suis exposée avec toute ma vulnérabilité. Comme par magie j’ai senti que cette peur n’avait plus autant d’emprise sur moi et ma perception de la situation a changé.

J’ai compris qu’il était bloqué par ses peurs et que cela n’avait rien à voir avec qui j’étais. La femme guérie que j’étais devenue alors a fait preuve de beaucoup de compassion et de compréhension à son égard. J’ai ressenti pendant ces 4 jours le mal-être et la tristesse qui l’habitaient. Et je peux vous dire que ce n’était pas joli du tout. Il souffrait atrocement. Je lui ai envoyé un texto pour lui proposer de boire un café ensemble avant mon retour au pays. Je devais lui parler. Il a de suite accepté mais a fini par décliner mon invitation une heure avant notre rencontre.

Il s’est excusé de son comportement m’a indiqué qu’il ne m’avait pas adressé la parole pendant ces 4 jours car il ne savait simplement pas quoi me dire. Me voir le rappelait à quel point il se sentait inférieur à moi. La douleur était trop intense de son côté et ses peurs le pétrifiaient. Il ne se sentait pas à la hauteur. Nous avons ainsi communiqué de façon authentique pendant 2 heures par textos et j’ai pu lui dire tout ce que j’avais prévu de lui dire. Je savais qu’il allait lire et relire tous mes écrits alors j’ai choisi mes mots avec beaucoup de précaution, de douceurs, d’amour et de compassion.

Je suis donc rentrée dans mon pays en sachant que la seule manière pour l’aider à vaincre son sentiment d’infériorité c’était de travailler encore plus sur moi et c’est ce que j’ai fait ces 4 dernières semaines : me découvrir d’avantage, m’accepter purement et simplement, vivre en pleine conscience en honorant mon féminin et mon masculin sacré.

Je le revois dans 10 jours exactement et ce sera mon dixième et dernier séjour en Australie. Inutile de vous dire que j’ai hâte de le revoir. Je crois que tout ce qui m’est arrivé jusqu’à ce jour m’a préparé à ce moment. La femme sauvage et libre que je suis, n’a plus peur. Je sais que le moment voulu, je saurai quoi faire quand je me retrouverai face à lui.

Suite de mon histoire :

C’était il y a 3 semaines maintenant. J’ai passé 6 jours de bonheur et de tristesse en compagnie de mon jumeau. Du bonheur quand j’arrive sur le même continent que lui et de la joie mêlée à de l’excitation quand enfin nous nous retrouvons dans la même pièce. Mes yeux ne l’avaient pas encore vu que déjà je sentais son énergie. A chaque fois il nous faut quelques heures pour habituer notre corps à la présence de l’autre.

L’énergie que nous dégageons quand nous sommes si proches est si déstabilisante sur le plan émotionnel. Etre si proche mais tellement loin l’un de l’autre en même temps. Le premier jour est toujours déroutant parce qu’on ne sait pas si quelque chose a changé, si l’autre ressent toujours cet amour. Avec du recul, cette réaction semble un peu stupide, je l’avoue, mais il suffit d’un long contact visuel entre nous pour comprendre que des semaines et des semaines de séparation n’y ont rien changé. L’amour est là et il devient ce pont qui fait le lien entre nos deux existences.

La communication télépathique entre nos deux êtres est toujours aussi surprenante. Elle échappe au mental qui panique de ne pouvoir rien maîtriser pendant cette minute de silence où les cœurs de jumeaux se parlent et se rassurent tendrement. Une minute au cours de laquelle mon jumeau a cherché mon attention, capté mon regard et m’a fait comprendre à quel point je lui avais manqué et à quel point il m’aimait. La communication étant rétablie, il me fallait à présent trouver le bon moment pour aborder le sujet qui m’importait le plus : nous.

Ce moment est arrivé le lendemain. Nous avons eu l’occasion de bavarder sur ce qui nous était arrivé les mois précédent et il m’a indiqué qu’il avait voulu « plus » avec moi mais qu’il avait changé d’avis car trop d’obstacles insurmontables nous séparaient (notre différence d’âge, notre différence géographique, sa situation familiale). Je lui ai parlé de plusieurs sujets, ce qui me passait par la tête. Je voulais le convaincre de changer sa perception des choses et je ne savais pas par où ni par quoi commencer.

D’aborder la notion de flammes jumelles à ce stade me semblait peu approprié. Mon jumeau avait peur et ma présence physique à ses côtés le déstabilisait beaucoup. J’y suis donc allée en douceur. Soudainement il m’a demandé de le suivre dans une pièce, a fermé la porte et m’a plaqué contre lui. Je l’ai senti respirer difficilement et évacuer toute cette retenue qu’il avait en lui depuis près de 2 ans. Puis, presque jour pour jour, deux ans après notre première rencontre, nous nous embrassons enfin.

On dit souvent que le premier baiser est déterminant pour la suite de la relation et ce baiser-là, je peux vous le certifier, était digne d’un film. C’était magique et chimique. Nos visages, nos bouches et nos corps étaient parfaitement synchronisés et s’imbriquaient totalement. Aucune fausse note, aucune retenue.

Le contact physique, voilà ce qui nous manquait. Ce baiser, je l’ai tellement rêvé que j’aurai pu en être déçue. Mais il ne m’a pas déçu, il m’a simplement estomaqué.

Nous vivons dans un monde où embrasser est devenu un acte normal pour beaucoup de gens mais pas pour moi qui suis très consciente des mélanges de fluides énergétiques que ce type de contact implique. Il nous aura fallu 2 ans pour que mon jumeau et moi-même sautions ce pas et je ne le regrette pas.

Mon jumeau m’a indiqué que ce baiser lui a causé un énorme choc. Lui qui est très tactile et très sensible au toucher a été tellement choqué que cela a déclenché une (petite) éruption cutanée sur son visage le soir même. Seulement voilà, au lieu de lui apporter la confirmation dont il avait besoin, ce contact et le choc que cela a entrainé ont décuplé sa peur. Il a donc paniqué et est resté à distance les jours suivants.

Au cours de ce nouveau séjour dans son pays, j’ai compris que j’avais fait fausse route sur un certain nombre de choses. En me remémorant les attributs du masculin et du féminin sacré, je me suis rendue compte que j’étais trop dans l’action (masculin) contrairement à mon jumeau. Je me suis souvenue que c’était à l’homme d’être dans l’action et non la femme. J’étais celle qui avait fourni tous les efforts ces derniers mois et je ne lui ai pas laissé l’espace pour « bouger ».

Car un homme ne devient courageux que lorsqu’il passe à l’action et là je lui mâchais littéralement le travail. La situation n’était pas équilibrée et je devais lui laisser de l’espace. Je devais aussi et surtout me recentrer car je m’étais perdue dans cette relation de FJ. J’avais oublié que j’étais une femme avant d’être la jumelle « de ». De ce que j’ai pu lire dernièrement sur d’autres histoires de FJ, je ne suis pas la seule à en avoir pris conscience en cette fin juillet 2016.

J’ai donc annoncé à mon jumeau que je ne reviendrai plus vers lui. Il n’était évidemment pas préparé à cela mais m’a répondu que c’était mieux ainsi. Pour la première fois depuis des mois, j’ai compris que je devais prendre de la distance avec lui. En outre, j’étais fatiguée de ces va-et-vient depuis deux ans. J’ai donc fini par me choisir et lâcher prise TOTALEMENT. J’insiste sur le totalement parce que ces quelques jours avec mon jumeau m’ont permis de comprendre que la situation, telle qu’elle était, n’était pas bénéfique pour moi.

L’amour et le respect que je me porte étaient et devaient être aussi forts que l’amour et le respect que je lui portais (au final on sait tous que dans une relation de FJ, l’autre c’est aussi nous et que la relation avec notre jumeau est le miroir de la relation que nous avons avec nous-même). Au cours de ce séjour, je me suis rappelée qu’une femme (du moins celle qui porte l’énergie féminine) ne devait pas être le « chaser » : elle devait rayonner suffisamment pour inspirer à son jumeau le courage de venir à elle. Je devais « Etre » et non « Faire ».

Le dernier jour a été une journée difficile. Avec du recul, je me rends compte que j’étais triste ce jour-là parce que je disais au revoir à mes attentes et à mes projections et pas parce que j’ignorais quand je reverrais mon jumeau à nouveau. Alors que je lui parlais, on m’a fait un magnifique cadeau : j’ai entendu au plus profond de moi une voix me dire avec beaucoup d’amour : « Tu n’as plus de visibilité c’est vrai mais sois rassurée, tout ira bien ».

J’ai senti une paix intérieure m’envahir et cette paix a balayé tout le brouhaha provenant de mon mental. Mon corps s’est détendu soudainement et j’ai lâché prise. Au même moment et pour la première fois, la femme qui sommeillait en moi s’est tenue fièrement et LIBRE devant lui. Ma communication était devenue plus fluide et plus authentique. J’étais de nouveau centrée sur moi. J’avais compris qu’investir et travailler sur notre relation ne servait à rien. Je devais avancer seule dans ma mission, le reste (mon jumeau, notre mission commune) suivra quand le moment sera venu.

Histoire d’âmes jumelles de Marie-Ange

Le coup de foudre, je connais. Je suis une passionnée. Ce sentiment de rencontre unique (vécue 4 fois dans mon existence quand même !), une rencontre purement physique, mais magique où l’Univers disparaît. Un regard. Une voix. Un geste. Deux êtres sous cloche et hors du temps. Je connais. Avec mon âme jumelle, rien de tout ça. 

La rencontre de l’âme sœur, je connais aussi. Cet être qui vous semble déjà connu, déjà dans votre vie alors que vous ne vous êtes jamais vu. Cette envie de se parler et se parler encore de s’accompagner amoureusement ou non. De se porter l’un et l’autre, ou l’une et l’autre ou de s’apporter. Un déjà vu évident…quelque part. Proche comme des sœurs, oui. Mais pas jumeaux ! 

Parce que là, l’histoire est différente. Et toute comparaison est impossible. Sauf qu’il faut, je pense, le vivre pour le savoir. 

Je suis médium, depuis l’enfance. Après un long cheminement, j’accepte ce que je suis à mon demi-siècle. J’étais en couple, tout neuf le couple. Toute ma vie devenait d’un côté lumineuse et de l’autre côté difficile. Comme si une déchirure, un partage des eaux indispensable devait avoir lieu. Je quitte donc mon compagnon parce que j’entends qu’il ne pourra ni m’accompagner ni me laisser aller sur ma route.

Nous sommes en janvier. Une semaine à peine après ma séparation, une âme sœur m’est donnée en compagnonnage amical. C’est avec lui que deux mois après, en mars, devant une statue de Marie, je prends conscience du couple Marie et Joseph, un couple sacré. Mon âme sœur me dit alors, aussi inspirée que moi :

  • c’est cela ta voie. Tu dois trouver ton Joseph.

Je sais qu’il s’agit d’un homme unique pour me permettre de continuer ma route. Je comprends aussi alors qu’il me faudra dire NON à toute autre rencontre, pour ne pas m’écarter désormais de ma mission qui se précise. 

Je demande l’aide de mes Anges et Guides, et mon ascension commence. Tout en faisant mon chemin spirituel, mon travail d’âme, ma médiumnité s’accentue et des outils nouveaux me sont donnés régulièrement, des rencontres aussi : magnétiseurs, médiums, anges, êtres de la nature. Je réalise que mon éveil est énorme. 

Au début du mois de juillet, après avoir reçu énormément d’informations sur la femme sacrée que je deviens, sur ce qu’elle peut apporter et ce qu’elle peut attendre d’un homme sacré, et faire donc les choix qui s’imposent, les réflexions intérieures et le travail que je trouvais particulièrement accéléré, j’entends que l’homme qui me sera présenté sera plus fort que moi ! 

En fin juillet, un matin, au lever, je vois dans le ciel dans les nuages, un couple. Dans ce couple, l’homme se transforme tout d’un coup en Cupidon. Le soir, je dois me rendre à un concert avec mes enfants. Là, je rencontre un homme. Nous discutons. Il me parle beaucoup, de lui, de ses souffrances, de sa vie. Nous sommes bien. Juste bien ensemble. Il se confie et je l’écoute avec beaucoup de patience et de tendresse, un sentiment de devoir l’aider, le relever. Rencontre tranquille, pleine de tendresse sans attirance particulière. Juste d’avoir envie d’être là. Un homme pourtant distant qui soudainement se confie à moi. 

Le lendemain, mon âme jumelle (je suis loin alors de me douter de qui il est) m’envoie un sms. Il a ressenti ce bien-être et aimerait me revoir. Nous nous rencontrons le week-end suivant. Même bien-être, même ton de confidence. Mon ÂJ me demande alors si j’ai fait une demande « spéciale » à l’Univers ou à Dieu ? Je ne sais comment répondre. Nous n’avons pas vraiment discuté de spiritualité.

Il travaille dans un service public. Il a fait de la sophrologie, c’est tout ce que je sais. Il me dit donc que, perdu dans ses douleurs humaines, il a fait la demande de rencontrer la femme qui peut l’aider, pas forcément la femme amoureuse, non. Celle qui est cette autre…  Je suis scotchée, puisque je sais que j’ai demandé moi aussi de rencontrer mon Joseph, mon Homme Sacré. Je suis aussi étonnée, et je le lui dis, que notre parcours semble étrangement se ressembler, des traits de caractère très communs, des histoires communes alors qu’à priori rien ne semble être commun. Je suis surprise. Surtout, nous sommes surpris de cette compréhension mutuelle sans cesse. J’ai l’impression qu’il est moi et que je suis lui.  

Nous passons la nuit côte à côte, mais nous ne pourrons pas faire l’amour. Juste un besoin de tendresse peut-être, quelque chose d’indéfinissable puisqu’il ne s’agit pas de non-désir. Je ne peux pas parler pour lui, mais je parlerais pour moi. Cette nuit-là, j’aurais aimé faire l’amour avec lui, mais ce n’était pas le principal, contrairement à tout ce que j’avais pu ressentir avec d’autres hommes. Lui, c’était « ailleurs ». Le lendemain, nous nous sommes séparés en nous serrant fort dans nos bras. Pas de baisers. Mais pas d’envie de cela non plus. Étrange en somme. 

Une semaine après, nous nous sommes revus. Même bien-être. Même partage. Même moment. Mais nous nous séparons. Le lendemain, je lui écris un sms lui faisant comprendre que je pense qu’il ne peut être plus dans ma vie. Je suis en fait un peu perdu. J’attends une réaction de sa part qui ne viendra pas. 

Un mois et demi passe et nous nous revoyons pour une soirée. Heureux, je pense, l’un comme l’autre de nous retrouver. Nous avons du mal à nous séparer tellement nous avons de choses à nous dire. Et cela en reste là. 

Un mois après, il me rappelle pour me demander un soin (je suis magnétiseuse et passeuse d’âme). Pendant le soin, le taux vibratoire monte étonnamment, à plus de 90 000, je n’avais jamais connu cela. Dans mes mains, dans tout mon corps, des courants vibratoires viennent du sol parfois, des cieux souvent. Beaucoup de messages m’arrivent. Son âme me parle, me parle tellement. Je vois les maux de son corps et mon désir est intense de le nettoyer pour aller mieux ensemble. Son âme me parle trop, et je le lui dis. Elle me dit alors : « je te parle parce que lui ne te dit rien ». Et comme je lui demande de se taire, j’entends un Guide me dire : « c’est ton âme jumelle. Vous avez la même mission. Et il est plus fort que toi. »  Je ne comprends pas. Je n’ai jamais entendu parler d’Âme Jumelle. Je ne sais pas ce que c’est. Je continue. Après le soin, il me dit :

  • je n’ai pas senti de chaleur, mais des vibrations dans tes mains…

Il devait passer la soirée chez moi, mais il choisit de partir. Le sentiment qu’il fuit et je préfère aussi sur le moment qu’il parte, même si je suis partagée. Une fois parti, je ressens le besoin d’endormissement, non de fatigue, mais de déconnexion. Je résiste une demi-heure environ, puis, comme je comprends que cela ne sert à rien, j’accepte. Un quart d’heure au plus sans doute. Au réveil, le manque énorme de cette présence. La colère aussi qu’il ne soit pas là. Étrange. Le soir, une amie me contacte par internet. Je lui raconte cet étrange soin de cette étrange rencontre et elle, me parle de Flammes Jumelles. Je réalise alors que c’est ce que le Guide m’a dit : « c’est ton âme jumelle ». 

Le lendemain, mon âme jumelle me téléphone. Il a eu la même envie d’endormissement au même moment la veille. Addict à l’alcool, je lui demande s’il a eu un besoin de boire la veille vers telle heure (heure à laquelle je n’avais pu résister moi-même à me verser un verre de vin alors qu’il était tard !). Oui me dit-il. Pendant plusieurs jours, nous testerons tous les deux cette découverte : nous ressentons précisément et au même moment ce que ressent l’autre. Franchement, cela fait peur ! 

Je pense qu’aucun de nous deux ne rejette alors cette évidence, mais autant moi je l’accepte dans toute sa dimension que lui la refuse. Il veut dit-il prendre son temps. Je vais voir un ami magnétiseur qui me confirme tout cela, la rencontre, le taux vibratoire élevé, le fait que mon âme jumelle ne soit pas prête à faire la route encore. 

Puis quelques jours après, un samedi soir, je ressens un déchirement dans tout mon corps, des vagues d’énergie qui se retirent et des vagues de larmes qui m’envahissent. Il me tourne le dos. Il m’abandonne. Je le sens. Je passe une soirée absolument terrible, entre les douleurs physiques et les douleurs psychiques. Incompréhensible aussi puisque, humainement, il n’y a rien entre nous. 

Le lendemain matin, je tire le Tarot pour lui et pour moi, séparément. Ce que j’y lis est là encore incroyable. Dans son jeu, l’Éveil l’appelle, avec un Défi de taille : être le Leader, prendre les choses en main, oublier son passé et ne pas attendre de renouveau venant du passé, aller vers la spiritualité sans avoir peur du couple (Les Amoureux) qu’il fera avec celle qui est son équivalent : l’Empereur et l’Impératrice. Mon jeu est plus douloureux : me concentrer sur ma mission sans me laisser submerger par mes émotions, je serais entourée et soutenue. 

Ce même jour, l’après-midi, il m’appelle. Il me demande si je vais bien, car il ressent ma souffrance. Il comprend que j’ai compris. Et il me confirme son choix : il ne m’accompagnera pas sur la route de notre mission commune. Il me dit qu’il a pensé me demander de lui tirer les cartes. Je lui dis que je l’ai fait le matin même… synchronicité quand tu nous tiens ! Je lui donne alors le résultat du tirage. Il me dit qu’il le sait, qu’il le comprend, mais qu’il ne se sent pas prêt ou, en tout cas, que sa façon d’être et de se préparer est différente de la mienne. Il termine alors son appel qui aura quand même duré deux heures, deux heures pour me consoler, me relever, deux heures emplies de cette tendresse qui nous accompagne l’un l’autre, il termine donc de ces mots : 

  • Prends soin de toi . 

J’entends alors mes Anges me demander ce que je veux faire.

  • Je ne suis pas là, je n’ai pas fait tout ce chemin pour m’arrêter. Je continue la mission, celle qui est la nôtre, seule.

Mes Anges alors me disent : « Tu ne pourras être accompagnée de personne d’autres que de lui. S’il ne vient pas avec toi et que tu continues, tu seras seule. » Je pleure. Pas contre lui. Je lui souhaite sincèrement du bonheur. Je pleure de devoir envisager une vie solitaire. 

Le lendemain, je retrouve mon ami magnétiseur. Je suis triste et j’ai peur de cette route solitaire. Sur le moment, il est surpris et me console. Mais lorsqu’il demande à ses guides, il est obligé de finalement confirmer ce que j’ai ressenti : aucune dépendance affective ne doit être, seul l’Amour Inconditionnel doit exister entre nos deux âmes jumelles. Il faut donc que je fasse ma route seule, s’il ne vient pas avec moi car aucun autre homme ne peut accepter ma mission et me laisser m’y épanouir. 

Je comprends alors que, tant que je désirerais son retour, tant que je désirerais être son soutien et qu’il soit le mien, nous ne nous trouverons pas. Nous nous chercherons toujours, mais nous ne pourrons être ensemble. 

Seul le jour où je pourrais me suffire et où il pourra se suffire, seul le jour où nous ne nous attendrons plus, nous ne nous chercherons plus, nous serons ensemble pour remplir notre belle, très belle mission, avec un haut potentiel à nous deux réunis. Mais jusque-là, je serais seule. Pas forcément lui d’ailleurs. Cela peut paraître injuste. Mais je porte la blessure d’abandon, je le comprends. Et c’est à moi de la réparer. Cela passe par la solitude. Et seules les énergies que j’utilise pour les soins et ma mission d’âme me permettront de faire cette réparation. 

Je sais que cette rencontre d’âmes est un beau cadeau de la Vie. Mais il n’est pas un chemin facile, il est le chemin de l’Amour Inconditionnel, l’Amour pur et parfait. Ce n’est donc pas un long fleuve tranquille. Ce n’est pas l’histoire du prince et de la princesse. Il n’y a pas de : ils furent heureux et…  La vision est belle, mais elle est ailleurs. 

Ma médiumnité me fait entrevoir que, même si nous sommes dans des temps où ces rencontres devraient se multiplier, peu arriveront à réaliser leur mission, car peu arriveront à cette hauteur d’Amour Inconditionnel qui, seul, leur permettra, non pas de s’aimer l’un l’autre, mais d’aimer le Monde. Il ne s’agit pas là d’une rencontre amoureuse, mais d’une rencontre à haut potentiel vibratoire avec une finalité qui est loin d’être celle d’un couple.

C’est en tout cas mon ressenti. Mais il faut dire aussi que mon âme jumelle et moi-même avons accueilli un long chemin spirituel chacun pour notre part. Je ne peux donc affirmer que TOUTES les âmes jumelles se retrouvant auront un haut potentiel vibratoire, mais cela me semble cohérent avec cette étrange rencontre et…avec l’évolution actuelle vibratoire de notre Monde. 

J’espère que ces histoires ont pu vous apporter quelques réponses.

Je vous partagerai la mienne, promis.

Jâm