Je plaide coupable … coupable d’amour

Je plaide coupable … coupable d’amour

« – Lui ? Je vous ai déjà parlé de lui. Que pourrais-je rajouter ?

– Je ne sais pas, n’avez-vous rien à ajouter pour votre défense ?

– Il n’est pas coupable monsieur le Juge. C’est entièrement de ma faute. Lui est tombé amoureux à la seconde où il m’a vu. Moi, j’avais encore la possibilité de faire marche arrière, de partir sans me retourner.

Mais c’était plus fort que moi, comme une force que je ne pouvais pas contrôler. Et pourtant je ne voulais plus retomber amoureuse. Je ne voulais pas me laisser reprendre au piège des sentiments.

Mon coeur venait d’être brisé, il ne pouvait pas aimer à nouveau. Je me croyais protégé de cela. Ma démarche première était juste de parler et me faire des amis ; tout en restant protégée derrière mon écran d’ordinateur. Je ne voulais plus me laisser approcher, cela fait bien trop mal et j’avais encore mal. Mais voilà, il m’avait demandé ce rendez-vous.

Quand ?

Et bien, il y a trois ans jours pour jour. Il voulait absolument me voir. Je n’ai pas eu la volonté de refuser.

– Où vous êtes vous rencontré ?

– A Chailles, une petite ville entre Orléans et Tours. Nous avions rendez-vous à la sortie du village. J’ai reconnu sa voiture et me suis garée à côté. A peine sortie, il me prenait dans ses bras pour me souhaiter le bonjour.

Nous sommes partis sur Blois pour prendre un verre.

Où ? Dans un café en bord de Loire.

– Comment s’appelait ce café ? Vous en souvenez-vous ?

– Le Gabriel me semble-t-il.

– Et après, qu’avez-vous fait ?

– Nous avons été marcher dans Blois. C’est drôle, il pleuvait tout comme aujourd’hui, pas de hasard n’est-ce-pas pour une date anniversaire ?!

Il avait un tout petit parapluie alors il m’a prise par la taille en prétextant avec un large sourire, qu’il n’avait pas d’autre choix pour ne pas être mouillé.

– Et après, qu’avez-vous fait ?

– Nous avons repris sa voiture et sommes partis faire un tour dans une galerie commerciale. J’avais faim alors nous avons acheté des éclairs au chocolat. Ce qui est d’ailleurs devenu un rituel après et nous nous étions auto proclamés : testeurs d’éclairs au chocolat.

– Puis ???

– Nous sommes repartis à Chailles, puisque ma voiture était restée là-bas. Nous avons parlé pendant plusieurs heures dans sa voiture.

– De quoi avez-vous parlé ?

– De tout, de rien. Il a fini par me dire qu’il avait passé un bon moment avec moi et qu’il souhaitait me revoir.

Je pleurais.

– Pourquoi pleuriez-vous ?

– Parce qu’il y a bien longtemps qu’un homme n’avait pas été aussi gentil, doux et prévenant avec moi.

– Et après, que s’est-il passé ?

– Il m’a embrassé, juste un baiser très doux. Et nous avons fini par nous quitter à regret.

– Ensuite ?

– La suite vous la connaissez monsieur le Juge. Il est tombé amoureux dès le premier regard, au moment où il m’a vu sortir de ma voiture.

Moi ? Je ne sais pas, je ne sais plus quand c’est arrivé.

Mais oui j’aurais pu tout arrêter et je ne l’ai pas fait. Je ne sais pas pourquoi.

Trois ans monsieur le Juge, trois ans aujourd’hui. Avec des mois de bonheur, des mois de souffrance, de l’amour et des larmes, beaucoup de larmes. Mais aujourd’hui avec des compréhensions et une connexion tellement forte, porteuse et belle.

Je me suis trouvée sur ce chemin aussi et ce que je laisse venir de plus en plus est tellement beau …

Alors oui j’aurais pu mais je ne regrette rien.

Non je ne regrette rien ! Et je plaide coupable … coupable d’amour.

– La cour vous remercie pour votre sincérité et va rendre son verdict : Acquittée !!!  »

Jâm – août 2016