Ma lettre froissée pour toi Drogo,

Ma lettre froissée pour toi Drogo

Lorsque j’ai vu ta photo la toute première fois, la douceur qui se dégageait de toi était une évidence pour moi.

Et tes yeux qui me disaient : C’est moi !!!

Puis, j’ai entendu ta voix, j’y étais tellement bien. Son timbre était aussi doux que ton visage.

Et enfin, notre première rencontre, tu m’as prise dans tes bras.

Ton coeur a rejoint le mien, depuis ils battent à l’unisson.

Quelques jours plus tard, ce sont nos corps qui se sont découverts et liés à tout jamais.

Cette confidence un soir d’août, au téléphone alors que tu avais un peu bu :

« Je t’adore beaucoup tu sais ! » et j’ai su que tu ne me mentais pas.

Et puis un jour, tu es parti. Tu as choisi le monde de l’illusion et du mensonge parce que c’était plus facile que d’affronter tes propres démons.

La vie a fait que j’ai du, moi, affronter les miens. J’ai du aller voir toutes mes blessures et mes peurs… et tu en fais partie.

Je t’ai cherché dans d’autres bras, mais trop de ceci ou pas assez de cela, bref ils n’étaient pas toi.

Aujourd’hui, il me reste nos souvenirs, ton odeur sur l’oreiller, quelques vêtements oubliés.

Et tous ces mois, à me demander pourquoi je n’arrive pas à t’oublier ?

Pourquoi je vois ton prénom partout ?

Pourquoi tout me parle de toi ?

Pourquoi même dans ma tête tu ne me quittes pas ?

Pourquoi ton parfum vient me réveiller la nuit ? 

Pourquoi je sens ta présence dans un demi sommeil ?

Pourquoi je me sens si pleine de toi, à tel point que tu ne me manques pas ?

Pourquoi je sais que tu m’aimes toujours et que, pourtant, tu n’es pas là ?

J’ai enfin arrêté de me poser toutes ces questions parce que j’ai accepté que c’était toi et toi seul.

J’ai accepté que ce lien entre nous, dépasse l’entendement et soit impossible aux yeux des autres.

J’ai accepté de devoir vivre sans toi et pour moi.

J’ai accepté de devoir rester loin de toi, dans le silence, et c’est tellement dur parfois.

Alors quand l’envie est trop forte, je t’écris des mots que je ne t’envoie pas.

Cette lettre sera une de plus, des mots que je confierai au vent, au temps et que peut-être un jour tu liras, ou pas.

J’espère que bientôt, tu oseras m’appeler ou m’écrire : « Hello, gente dame » et alors je saurais.

Je saurais que tu es prêt à m’avouer que, tout comme moi, tu sais que c’est toi et moi.

Ce jour-là alors, pourrons-nous construire un Nous ?!

Je me souviens de cette petite phrase qui disait que tu cherchais « Ta Khaleesi ».

Mais pour chercher sa reine, faut-il encore être un roi ?!

Ton chemin t’y mène et j’ai confiance en toi, tu es mon roi.

Je sais ce qu’il y a en toi, toute cette douceur, cet amour, cette bienveillance, cette gentillesse, ces attentions.

Tu es quelqu’un de profondément bon, Drogo. Tu es une belle âme.

Les sentiments que j’ai pour toi sont au delà de l’amour … il n’y a pas de mots, les humains ne les ont pas encore inventé.

Alors comment te les écrire ?

Puisque je ne peux pas, je te les envoie en pensées, de mon âme à la tienne.

Je ne trouve rien à écrire en ce bas de page.

Peut-être parce que j’aimerais que cette lettre ne se termine jamais, peut-être parce que j’aurais encore tant à te dire, …

Alors, quelques mots peut-être comme …

…A bientôt dans tes bras …

Jâm